La Vie !

Vis comme si tu devais mourir demain…
  
 La vie est belle pour les optimistes 
 Compliquée pour les pessimistes
 Bien triste pour les dépressifs
 Pleine de sagesse pour les contemplatifs
 Elle est sans intérêts pour ceux qui s’ennuient
 Or, tant de gens ne croient pas en la vie !

 A voir la souffrance, la solitude et le chagrin
 Rien de bon ne peut arriver pensent certains
 Femmes maltraitées et enfants abandonnés
 De tous se sentent oubliés…
 Combien de gens voudrait en finir
 Ne pouvant plus faire face à leur avenir
 La vie n’est pas un long fleuve tranquille
 Oui, elle est parfois si fragile
 Faite de hauts et de bas
 D’évènements que l’on ne contrôle pas
 D’épreuves à surmonter 
 De défis à relever...

 Pourtant la vie a tant à nous offrir
 Et maintes choses peuvent  nous réjouir !
 S’il est vrai que certains ont beaucoup souffert
 Combien de bras aussi leurs ont été ouverts

 A bras le corps,  saisissons  la vie
 Car elle est si belle la Vie !

 ©Lucia 

A Mon Amour ! To My Love !

Lamour est un secret entre deux coeurs…
Après toutes ces années passées
 Mon cœur partage ta tendresse
 Comment pourrait- il oublier
 Ce jour où tu fis la promesse
 
 Chéri de me combler d’amour 
 A mon bien être tu as veillé
 Travaillant des nuits et des jours
 Pour mon bonheur tu as tant fait
 
 Tu m’as honorée et aimée
 Pas seulement du bout des lèvres
 Avec folle passion et fièvre 
 Oui tout ton être s’est donné !
 
 Tes yeux clairs sont des poèmes
 Tant j’y lis combien tu m’aimes
 Je ne saurais souffrir l’absence
 Mon coeur le dit en confidence !

 © Lucia
After all these years gone
 My heart shares your tenderness
 How could it forget
 This day when you made the promise
 Darling to fill me with love
 For my ell being, you have watched
 Working nights and days
 For my happiness, you have done so much
 You honored and loved me
 Not just lip service
 With full passion and fever
 Yes, your whole being has given itself!
 Your clear eyes are poems
 So much I read how much you love me
 I cannot suffer the absence
 My heart says it in confidence!

Ô mon âme pourquoi ?

Ô mon âme pourquoi
 Gémis tu au-dedans de moi ?
 Quelle est ta peine, dis moi
 Quel est ton désarroi ?
 *
 Une douleur t’enchaine
 Et tous ces maux t’entrainent
 Au plus profond du gouffre
 Dis-moi pourquoi tu souffres
 *
 Ne retiens pas mon âme !
 Laisse couler les larmes
 Lâche ces pensées amères
 La douceur désarme la colère
 *
 Tu souffres sans trêve
 Sans savoir quand le jour se lève
 Ô mon âme ! Encore un peu espère
 Viens à la source qui désaltère !
 ©Lucia

Rose d’Automne





«  Mais elle était du monde où les plus belles choses ont le pire destin et rose a vécu ce que vivent les roses, l’espace d’un matin.

 

Quand l’automne raccourcit et assombrit les jours

Et que les brumes automnales annoncent  l’hiver

Rose en son coeur sait combien sont éphémères

Ses jours et qu’elle va perdre ses plus beaux atours

 

Car la grisaille a englouti le bel été

Et le vent rageur l’a violemment souffletée

Ah ! Rose qui voulait vivre encore une journée

La voilà  desséchée gisant sur le pavé !

 

Or,  fragile est sa tige qu’elle ne peut redresser

Et son corps défeuillé ne peut se réchauffer

En son âme plus que meurtrie Rose se recueille

Pleure sa beauté enfouie sous un tas de feuilles 

 

Comme un enfant s’endort près de la cheminée

Tout doucement Rose s’endort pour l’éternité

 © Lucia

Tant de Pourquoi

Pris sur le Net

 » Si on peut mourir sans savoir pourquoi, j’imagine qu’on peut vivre sans tout comprendre »

Toujours se plaindre

Se lamenter et geindre…

Tant de pourquoi, on se pose

Jamais l’esprit ne se repose !

Tant de questions sans réponse

Ôtent la joie et privent de force

Vivre l’instant qui est là

Profiter du temps qui est devant soi 

Ne serait–il pas le bonheur

Plutôt que d’avoir l’esprit ailleurs

Qui nous fait tant douter de soi

Oh ! Ce n’est pas si compliqué 

De s’extasier devant un coucher de soleil 

De mettre son mental en sommeil !

Et de gouter au bonheur d’exister 

© Lucia

Le temps …

Hier j’avais vingt ans…

Si vite est passé le temps

La vie était là devant moi

Et je ne savais pas

Que précieux était le temps !

Tête baissée, j’ai avancé

Dans une vie presque étriquée

J’ai gaspillé le temps

Je n’ai pu l’arrêter

Et combien de regrets

Ont envahi mon cœur esseulé

Les jours ont fui

Sans laisser de trace

Ma jeunesse aussi

Mais rien ne l’efface

Et soudain j’ai grandi

Aurai-je encore le temps

D’arrêter le temps

Pour aimer vraiment

©Lucia

Mes racines et ma force !

Qu’il est bon de se promener en forêt à la venue de l’automne pour s’apaiser au contact de la nature. Les arbres s’y dressent majestueux. Leur grandeur m’impressionne et leur solidité m’émeut car je vois en eux la main du Créateur. Ils se dressent vigoureux et leurs racines bien ancrées au sol puisent toute l’énergie pour croitre et vivre.

Je constate comme leurs troncs montent haut et leurs branches sont fortes ! Elles s’étendent comme des bras qui pointent vers le ciel.

Un arbre privé de racine pourrait- il vivre ?  Se développer et grandir ? Certes non ! Sans ses racines, l’arbre meurt ! Les racines sont sa force et les arbres nourris au sol riche en sels minéraux traversent  le temps et bravent toutes les tempêtes.

La nature nous parle mais Dieu aussi au travers d’elle … Aussi je me questionne .

Et moi comment sont mes racines? Sont- elles solides comme celles de l’arbre ou plutôt fragiles?… Tout comme lui, suis-je capable de résister au temps mauvais qui perturbe mon quotidien? D’où est ce que je puise ma force et mon énergie ?

Mon Corps a besoin de nourriture pour vivre, mais mon âme aussi. Elle est vivante et je dois en prendre soin !
L’homme se nourrit de pain mais pas seulement ! Il a besoin de puiser sa force et son eau à la Source Divine.  Son âme a soif de ce sol riche qu’est cette Source et c’est tout le sens de sa vie !

© Lucia

Ma tendresse

Ne prends pas cet air farouche

Viens te blottir dans mes bras 

Permets à ma bouche

De te dire des mots tout bas

 
Laisse mon coeur énamouré

Te couvrir de mille baisers

Et avec toute ma tendresse

Mes mains se feront caresses


Ne fais pas cet air farouche

Lorsque mon amour te touche

Lis dans mon regard tu y verras

L’importance que tu as pour moi !

 

©Lucia
Pris sur Pinterest

Cet automne-là !

Comme il était beau cet automne- là !

Derrière les carreaux de la fenêtre

Je pouvais percevoir le dépouillement

Des arbres laissant tomber leurs feuilles

Une à une et entendre le bruit du vent

Comme c’était agréable à mon œil

Malgré la fraicheur automnale

Et mon lever très matinal

Agité  par un pressentiment curieux

Secouée par une indicible douleur

Je pressentais que tu allais naître

Bien plus tôt, mon tout petit cœur !

Dehors l’automne s’installait

Avec son ciel gris et ses teintes dorées

Et mes cris résonnaient dans l’espace

Car la vie était là ! Dieu m’en fit grâce !

Comme il était doux cet automne-là !

J’entends encore les battements de ton coeur

Me comblant d’un immense bonheur

Au creux de mes bras l’amour c’était  toi !

 ©Lucia

Une femme ! A woman

Il était une fois une femme

Un tout petit bout de femme

A la grandeur d’âme

Au cœur plein de tendresse

Qui offrait toutes ses larmes

A Dieu, qu’elle priait sans cesse

Elle combattait sans armes

Seulement mains jointes

Comme le font les saintes

Avec, pour seule force sa foi

Partout elle semait l’amour

Espérant le récolter un jour

 Ce petit bout de rien

Qui n’avait vraiment l’air de rien

Si vous l’avez rencontré un jour

Sachez que c’était moi !

 ©Lucia

Once upon a time there was a woman

A tiny bit of a woman

To the greatness of soul

With a heart full of tenderness

Who offered all her tears

To God whom she prayed unceasingly

She fought without weapons

Only folded hands

As the saints do

With only strength her faith

Everywhere, she sowed love

Hoping to harvest it someday

 This little piece of nothing

Who really didn’t look like much

If one day you have met her

Know that was me!

Vivre à deux !

Vivre à deux est un tout art

Et cet art mon amour

Nous l’avons cultivé au fil des jours

Attentionné et charmant

Par dessus tout merveilleux amant

Présent, dans ma vie

Tu l’as toujours été

Que de bonheur partagé

Malgré l’adversité !

Pour toi au fond de mon âme

Brûle toujours la flamme

Je t’aime et t’aimerai

D’un amour infini !

© Lucia

 

Octobre !

Septembre n’est plus qu’un souvenir…

Nous voilà  en Octobre. Les activités ont repris malgré les temps difficiles que nous traversons. » Masque obligatoire » ! Et oui où que nous allions, nous voilà masqués comme au carnaval ! 

La belle saison est finie,  le temps de la liberté aussi. Tout est si différent,  nos habitudes changent et même les saisons ne sont plus pareilles. Il fait trop chaud ou bien trop froid… De la sécheresse aux  violents orages …. La météo nous angoisse ou nous déprime bien des fois !

Octobre annonce déjà l’automne et la vie pour certains  devient aussi automnale !

Comme les arbres qui perdent leurs feuilles, on se dépouille de ce qui nous encombre. Nous tendons vers l’essentiel en acceptant le dépouillement.

Que de beaux paysages  nous offre Octobre et bientôt l’automne. Des couleurs chaudes, tantôt or ou cuivré. C’est magnifique ! J’aime cette saison.
La nature sent bon et la fraîcheur s’installe.

Combien les saisons nous enseignent une grande sagesse !

Elles nous invitent à vivre chaque étape de notre vie en goûtant au bonheur qui s’y cache . Sachons être reconnaissants pour la sagesse et la force que nous avons au cours des différentes saisons de notre vie !

©Lucia

Lorsque que je regarde

Lorsque je regarde en arrière
Dans ma vie
Je vois la douleur, les erreurs…
Lorsque je regarde dans le miroir
Je vois ma force intérieure
Tout ce qui m’a conduite au bonheur
D’aujourd’hui

©Lucia

Les saveurs de l’amour ! The flavors of love !

Rien dire. Rester dans le silence…㋡ ㋛ .

On reconnaît l’amour véritable à ce que le silence de l’autre n’est plus un vide à remplir, mais une complicité à respecter ! ❤❤

0db3e509-3

Les saveurs de l’amour

Sont dans les silences

Ces longs silences

Qui font taire nos bouches

Comme suspendues

Ces heures absentes de mots

 Réunissent nos âmes

Dans une infinie tendresse

Nos âmes qui savourent

Ce bien être à deux

Ces moments de complicité

Et d’émotions partagées

Nos  lèvres muettes

Parlent alors avec le coeur

Bien plus qu’avec les mots

Lucia

The flavors of love

Are in the silences

Those long silences

That silence our mouths

Like hanging

These hours without words

Unite our souls

In an infinite tenderness

Our souls that savor

This well-being for two

These moments of complicity

And shared emotions

Our dumb lips

Then speak from the heart

Much more than words

Accepter sa réalité !

Rentrer en soi- même, pénétrer au plus profond de soi alors que les années ont défilé devant mes yeux. Tout un chemin parcouru où tant de fois j’ai failli ! Les épreuves ont malmené mon être.

Bien souvent pour tenir debout, on refoule, on nie, on dissimule, on justifie. Mais  au seuil de notre âme, au plus profond de notre être,

Dieu nous attend !

Rien ne peut lui être caché tant il sonde le cœur en profondeur. Il voit la misère, les faiblesses, les erreurs, les mensonges, la lâcheté humaine.  Cet humain que je suis et tout ce qui le condamne !

La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille. C’est un pèlerinage qui se poursuit à travers des peines, des pertes, des échecs, des blessures, des deuils, mais fort heureusement aussi, à travers des joies et des victoires. Je suis parfois comme un peuple en exode qui passe de la mort à la vie. Et il faut toute une vie pour avancer sur ce chemin.

Voir qui je suis à la Lumière et faire preuve d’humilité. Cette humilité qui accepte la réalité de ce que je suis. Cette prise de conscience est quand je m’approche de Dieu. Il me fait réaliser que sans Sa miséricorde, je ne suis pas grand-chose et que je ne peux pas grandir.

J’accepte alors la réalité de mes imperfections, de mon cheminement ! Car mon Espérance est en Dieu !

 ©Lucia

Acrostiche

BERTRAND

« L’amour est un fleuve où les eaux de deux rivières

Se mêlent sans se confondre » J.de Bourbon Busset

     B rillant, galant
     E légant et bel homme tu es !
     R eine de ton coeur, je suis
     T ouchant par ta beauté d’âme
     R adieux est ton sourire Bertrand  
     Ah ! Merveilleux fut le jour où
     N os routes se sont croisées
     D élicieux, divin est ton amour depuis ce jour !

© Lucia

L’amour est si beau ! Love is so beautiful !


L’amour est si beau quand il traverse le temps !
C’est dans l’intensité du regard
Que l’on porte sur l’autre que réside sa force
Il ne s’agit plus tellement d’une attirance charnelle
Mais plutôt de la grandeur de l’être qui révèle
Humilité, générosité, douceur, patience
Cette grandeur d’âme qui élève
Il faut bien se l’avouer
Qu’au travers des épreuves
L’amour subit les assauts du doute
De violents orages ont parfois assombri son ciel
Mais dans toutes les tempêtes traversées
Il a fait preuve de résistance
Au creux de la vague
Passé au creuset
L’amour s’est comme purifié
On se retrouve alors comme la première fois
Toujours prêts à franchir de nouveaux caps
Et nous reconnaissons si humblement
Que l’un seul sans l‘autre
On ne saurait vieillir, ni mourir !


©Lucia

Love is so beautiful when it crosses time!
It’s in the intensity of the look
beared on the other that its strength lies
It’s not so much carnal attraction
But rather the greatness of the being which reveals
Humility, generosity, gentleness, patience
This greatness of soul that uplifts
We must admit
That through trials
Love undergoes the assaults of doubt
Severe thunderstorms sometimes clouded its sky
But in all the storms crossed
It showed resistance
At the bottom of the wave
Like going to the crucible
Love has purified itself
We find then ourselves as the first time
Always ready to break new ground
And we so humbly recognize
that only one without other
We can neither grow old nor die!

L’Absent ! Absent !


Tant de choses, elle aimerait lui dire…
Elle songe à son rire et elle soupire !
Comme les contours flous d’un rivage
Soudain lui apparaît son doux visage
Souvenirs façonnés par l’oubli
Il lui manque ce soir …


Quand reviendront- ils ces beaux jours
Pour serrer, embrasser son unique amour
Espérance des jours aux couleurs de la vie
Sans lui, tout est désert et sans envie
Tout l’exaspère et fait croître son ennui
Il lui manque ce soir ….


Leur empreinte gravée au fond du cœur
Elle ne peut oublier ces instants de bonheur
Des jours à attendre impatiemment
Encore et encore, elle l’attend !
Le temps ouvrira- t-il ses portes
Avant que le sommeil ne l’emporte ?


©Lucia
So many things, she would like to tell him …
She thinks to his smile and she sighs!
Like the fuzzy contours of a shore
Suddenly, his sweet face appears to her
Memories shaped by oblivion
He misses her tonight …
When will they return these fine days
To hug, to kiss, her one love
Hope for days in the colors of life
Without him, everything is deserted and without envy
Everything infuriates her and makes her boredom grow
He misses her tonight….
Their imprint engraved in the bottom of the heart
She can’t forget those moments of happiness
Days to wait impatiently
Again and again,…she waits after him!
Will time open its doors
Before sleep prevails ?

La prière ! Prayer !


La prière n’est pas une vaine redite
Elle est vie ! Puissance ! Combat
Force offensive
Qui ne s’arrête jamais
Elle exprime l’ardeur du cœur


©Lucia
COLOMBE1
Prayer is not an empty repetition
It’s live! Power ! Combat
Offensive force
Which never stops
It expresses the ardor of the heart

Sous mes paupières closes ! Under my closed eyelids


Sous mes paupières closes souvent je la revois
La maison de mon enfance, où j’ai grandi
De toute sa hauteur, elle pointait vers l’infini
Toit vieilli par le brouillard et les bruines
Murs lézardés rebâtis sur d’anciennes ruines
Elle évoquait les bons vieux temps d’autrefois
Je sens encore les senteurs du grand tilleul
Sur le perron où fatigué, s’asseyait l’aïeul
Je revois la balançoire fixée aux branches
Et ma mère, les deux mains sur les hanches
Hurlait de colère après les petits garnements
Qui, insolents, se moquaient de son accent
Il fut parfois sombre le ciel de mon enfance
Mes rires, tout autant que mon innocence
S’envolèrent un bien triste jour, si froid
Sous mes paupières closes, ce jour je le revois !


©Lucia
frise fleur2


Under my closed eyelids I often see her again
The house of my childhood, where I grew up
From all its height, it pointed to infinity
Roof weathered by fog and drizzle
Cracked walls rebuilt on ancient ruins
It evoked the good old days of yore
I still smell the scents of the big lime tree
On the porch where tired, sat the grandfather
I see the swing fixed to the branches again
And my mother, both hands on her hips
Howled with anger after the little rascals
Who, insolent, made fun of her accent
It was sometimes dark the sky of my childhood
My laughs, as much as my innocence
So sad, so cold, a day flew away
Under my closed eyelids, this day I see it again!

Ces petits mots … Joyeux Anniversaire !


Cadeau de Sofiane un poète que vous apprécierez certainement : https://karimamonpome.wordpress.com/
Ces petits mots dédiés à ma fille pour ma petite-fille Lévana
Qui fête ses un an
Tellement beau et touchant !
Merci Sofiane !

Tu es là, pomme d’amour
Celle que ta maman aime avec passion
Tu es sa petite douceur
Elle se souvient de ta naissance
Tu as un an aujourd’hui
Un petit pas vers la vie
Que tu croques avec insouciance et bonheur
Toi, sa petite douceur
Je t’envoie une pluie de coeur
Pour toi, beaucoup de chaleur
Petit bout de femme en fleur
Tout p’tit coeur.
Joyeux anniversaire
Pour toi ces quelques vers
Pour toi petite fée !
Joyeux anniversaire


© Sofiane H.

Un an déjà…


Un an de vie, déjà, au Gabon
Le spectacle de la pauvreté m’attriste toujours autant
On ne peut pas dire qu’il y ait un manque de richesses
Loin de là !
Le pays en dispose pour prospérer
Forêts, Bois, Pétrole, mines d’Uranium, d’Argent, Fer, Plomb …
Bon nombre de ces richesses sont exploitées
Par des Sociétés françaises
Les privilégiés à la tête de l’état et la corruption
Sont les grands gagnants
Et les petits croupissent dans la misère….


Quelle tristesse ! J’ai vu un homme
S’agenouiller devant nous
En signe de reconnaissance
Parce que nous lui avons donné à manger, à boire
Et un petit travail de gardiennage
A-t-il perdu sa dignité ?
Moi, ça me révolte !
Est ce qu’un jour , l’homme cessera
D’être asservi par l’homme ?
Faut-il payer sa « liberté » au prix du sang versé ?


Action à aujourd’hui :
Etre plus présents aux besoins des autres
Sans créer de malaise


Lucia