Entre nous …

nouslb


Entre nous, le temps léger glisse sans heurts
Se faisant complice de l’émoi de nos cœurs
L’étincelle du regard vaut plus que les mots
Ou que tous les grands discours qui sonnent faux


Entre nous, même gris, le ciel parait bleu
Les grands silences ne sont pas douloureux
Quand les gestes empreints de délicatesse
Ramènent tout notre être à la tendresse


Entre nous, c’est la foi qui nous a unis
Cette étrange force de croire en la vie
Et qui au fil des jours, notre âme a guérie


Entre nous, un jardin d’amour a fleuri
Et la rose en son cœur s’est épanouie
Or, comme le temps fuit cueillons encore la vie !


©Lucia
gifvalentin10

Âme à la dérive !

fardeau-citation


La nuit s’étire sur les paupières closes
Or, dans les rêves s’engouffrent les pensées
Gardant en soi le poids des jours moroses
Comme une épine dans le cœur, enfoncée


Tel un courant d’eau, l’âme à la dérive
Oscille, or sans atteindre l’autre rive
L’être faiblit jusqu’à perdre ses forces
Dès que le jour commence son amorce


Pour quelques bribes de vie se battre encore
Se laisser glisser dans cet ultime effort
Alors qu’en l’âme, l’appel final résonne !


©Lucia

Libérez les mots …

les-mots


Les mots sont les passants mystérieux de l’âme. ~ Victor Hugo


Les mots, portes ouvertes de notre cœur
Sont faits de silence et de cris intérieurs
Quand l’Homme rempli de fiel et de haine
Blesse le cœur infligeant milles peines
Les mots ne sont que l’expression de nos maux
Et ils semblent parfois si dérisoires
Ne sont- ils pas la seule échappatoire
Pour ne pas succomber au désespoir ?
Destructeurs ou bien encore porteurs d’espoir
Les mots ont un incontestable pouvoir !


©Lucia

Prisonnier du temps ! Prisoner of time !

prisonnier-du-temps


J’appelle ! J’appelle ! Je crie !
Mais aucun son ne sort de ma bouche
Et toi mon amour, ma fidèle compagne
Dont la présence est plus douce
Que la chaleur d’un feu de bois
Entends-tu ma voix ?
Vois mes pleurs
Ces larmes qui coulent de l’intérieur
Et que personne ne voit
Caresse encore mon corps
Pour qu’il ressente à nouveau la vie
Ah ! Depuis ce fameux jour
Ce bien triste jour…
Tous mes jours sont devenus nuits !
Les aiguilles du temps
Sont restées brusquement figées
Depuis je dors…
Je dors d’un sommeil profond
Comme disent ces gens vêtus de blanc
Tous affairés autour moi
Ils ont un terme spécial pour cela
Ils me gardent, malgré moi, allongé sur ce lit
Le corps enserré comme dans un étau
Prisonnier de moi-même
Je les entends dire à voix basse
« Aucun signe de réveil, toujours dans le coma ?»
Et moi j’attends …
J’attends que la mort me délivre de mon carcan
Alors que je suis vivant
Bien vivant !


©Lucia
post-ornament


I call ! I call ! I scream !
But no sound comes out of my mouth
And you my love, my faithful companion
Whose presence is softer
That the heat of a wood fire
Do you hear my voice?
See my tears
These tears flowing from within
And that no one sees
Caress my body still so that it feels
Life again
Ah! Since that famous day
This sad day …
All my days have become nights!
The needles of time
Have remained abruptly frozen
Since I sleep …
I sleep a deep sleep
As these people dressed in white
All busy around me
They have a special term for me
They keep me, despite myself, lying on this bed
The body clamped as in a vise
Prisoner of myself
I hear them say in a low voice
« No sign of awakening, always coma »
And I’m waiting …
I wait for death to deliver me from my straitjacket
While I am alive
Alive!

J’aime voir !

contes-de-princesse


J’aime voir
Dans l’éclat de tes yeux
Cet amour lumineux
Qui comme des millions d’étoiles
Scintillent de plaisir et de désir
Malgré les épreuves du temps
J’aime voir ton âme d’enfant
Semant les fleurs de la tendresse
J’aime croire sans cesse
En ces demains ensoleillés
Et voir qu’au jardin de l’amour
La rose n’est jamais fanée
J’aime croire en nos rêves
Où comme dans les contes de fées
Le bonheur ne cesse d’exister !


©Lucia

Noël ! Christmas !

les-rois-mages


Comme les rois mages se mirent en route à la recherche de la lumière
Après un long cheminement guidés par une mystérieuse étoile
Ils trouvèrent l’enfant Jésus…
Nous aussi comme ces rois mages mettons-nous en route
Allons à la rencontre de l’enfant Roi pour lui rendre hommage !
Noël, c’est le cadeau sublime
C’est la naissance de Jésus
Que Dieu a offert à toute l’humanité
Le monde a besoin de Sa lumière
Alors que brille l’étoile de la Justice et de la Paix
Que brille la Lumière dans nos ténèbres !



Noël, c’est voir les puissants de ce monde trouver la sagesse
C’est aussi s’approcher de la maison du pauvre
Offrons nos cœurs qui sont les plus beaux cadeaux
Et que s’expriment « Amour et Solidarité » !


©Lucia


As the Magi began to search for light
After a long journey guided by a mysterious star
They found the child « Jesus » …
We also like these wise men let us go
Let us go to meet Jesus, the King, to pay him homage!
Christmas is the sublime gift
It is the birth of Jesus
What God has offered to all mankind
The world needs His light
As the star of Justice and Peace shines
That shines the Light in our darkness!
Christmas is seeing the mighty of this world find wisdom
It is also approaching the house of the poor
Let us offer our hearts which are the most beautiful gifts
And expresse « Love and solidarity »!

L’hiver !

hiver


Qu’ils sont durs ces levers au petit matin
Quand l’hiver revêt son manteau de froidure
Que des couches de neige recouvrent la nature
Et qu’au dehors un froid glacial gèle les mains


De sa froide haleine, le vent lime les flancs
Des plus hautes montagnes aux sommets blanchis
Et des nuages montés sur de grands chars blancs
Emplissent la voute céleste d’un voile gris


Aux fines branches encore jeunes s’agrippent
Des cristaux neigeux et luisants tombés la nuit
Voici que pour l’hiver tous les gens s’équipent !


Ah ! Que je n’aime pas le souffle de l’hiver
Ni mon corps alourdi de ces gros lainages
Malgré l’immense beauté des paysages !


Ah ! Que je n’aime pas le frisson de l’hiver
L’hiver et moi ne faisons pas bon ménage !


©Lucia
misc1

L’Absent ! The Absent !

femme-pres-fenetre


Depuis quelques jours
Elle épie à travers les carreaux de la fenêtre
Le retour de son amour
Un retour d’ailleurs peu probable…
Malgré la lumière qui danse à travers le feuillage
L’horizon lui semble bien triste et noir
Et cette vision du futur pèse lourd sur sa poitrine
Une nostalgie augmentée de chagrin l’oppresse
Et les regrets s’en mêlent aussi la ramenant sans cesse
À la culpabilité et aux questionnements !
Elle songe à lui, à ses yeux vert émeraude, à son rire
À ses mains longues et fines douées pour les caresses
Et elle fond en larmes se sentant bien seule
Comme perdue dans ce brouillard de pensées !
Tout autour d’elle ne fait que croitre son ennui
Et elle languit…
Quand donc reviendra-t-il donc redonner à sa vie
Les couleurs de l’éternel printemps ?
Tout est désert et l’envie n’est plus sans lui !
Mais elle ne peut oublier les instants de bonheur
Leurs souvenirs resteront gravés sur la pierre de son cœur
D’une main nonchalante , elle essuie les perles de pluie
Qui sillonnent son beau visage
Elle n’a plus qu’une seule attente, que ce jour enfin prenne fin
Et que le rêve l’emporte sur les ailes du souvenir
Il lui manque tant !


©Lucia
logo-2


Since a few days
She spies through the window tiles
The return of her love
A return moreover very unlikely …
Despite the light dancing through the foliage
The horizon seems very sad and black
And this vision of the future weighs heavily on her chest
An increased nostalgia of grief oppresses her
And the regrets mingle also bringing it ceaselessly
To guilt and questioning!
She thinks to him, at his emerald green eyes, his laughter
With her hands long and fine gifted for caresses
And she melts into tears feeling lonely
As lost in this fog of thoughts
All around her, only, grows boredom
And she languishes …
When, then, will he return to its life again
The colors of eternal spring?
Everything is deserted and envy is no longer without him!
But she can not forget moments of happiness
Their memories will be engraved on the stone of her heart
With a nonchalant hand, she wipes the rain beads
Who crisscross her beautiful face
She has only one wait, that this day finally come to an end
And that the dream prevails over the wings of memory
He’s missing too much!