PAUSE – BREAK


Mes cher(e)s Ami(e)s,

Le temps est venu pour moi de faire une pause
Ne soyez donc pas surpris(es)
de ne pas voir mes commentaires sur vos articles
Bien que ceux- ci soient lus

Je vous souhaite une bonne continuation
et de bonnes vacances à tous et à toutes !
Lucia

Publicités

Les pleurs de l’Ame… The tears of the soul…

Trouvé sur le Net


-English Version following ☺


Il est des passages de la vie où tout s’assombrit
Où le ciel bleu, tout à coup se vêt de gris
Où même l’espoir fuit…
Le cœur drapé d’une peau chagrin
Répand sa plainte du soir au matin,
Au chant de l’aube, s’éveille l’âme
Qui ne se déploie qu’au travers des larmes
Ah ! Inconsolable est le coeur
Quand le malheur vous atteint
Quand la douleur vous étreint !
Qui peut sécher les pleurs
Que le coeur ne peut contenir
Quel bras peut vous soutenir ?
Seul avec vous-mêmes, peines
Et douleurs vous appartiennent
Comme une charge quotidienne
Amis, proches et bien- aimés
Spectateurs impuissants, enragent
De voir flétrir vos jours ! La rage
Celle qui fait rebondir, cette clé
Unique est en vous ! Il n’y a pas de secret !


©Lucia G.

There are moments of life where everything darkens
Where the sky, suddenly dressed in gray
Where even hope is leaking …
The heart draped from a sorrowful skin
Spreads its complaint, early morning,
At the song of dawn, bends the soul
That unfolds through tears
Inconsolable is the heart
When misfortune reaches you
When pain embraces you!
Who can hear the cry
That heart cannot contain
Which arm can support you?
Alone with yourself, sorrows
And pains belong to you
As a daily load
Friends, siblings, and loved ones
Impotent spectators, enraged
To see your days blighted! But rabies
To bounce back, the one and only key
Is in you! There is no secret !

J’aurais tant aimé …


J’aurais tant aimé te rencontrer
O Fils de l’homme venu du Ciel
Pour écouter tes propos sages
De la Terre d’où coule le miel
Boire de la vigne le vin en partage
Puis à Ta source être abreuvée

J’aurais tant aimé suivre ton pas
Gouter au pain de l’abondance
Dans une réelle et totale confiance
T’offrir mon coeur sans résistance
Et sans crainte obéir à Ta voix !

J’aurais tant aimé toucher le pan
De ton beau et noble vêtement
Et lors du sacrifice, essuyer ton front
D’où perlaient des grumeaux de sang
Tu as porté en TOI seul ma guérison
Pour que je puisse enfin croire
Que de la Croix jaillit l’ESPOIR !


©Lucia

Aimer , c’est partager …


Un très beau texte que j’ai eu envie de vous partager


Aimer, c’est partager des mots, des regards, des espoirs, des craintes
L’Amour n’est jamais contraint
Il est joie, liberté, force
L’Amour est emportement et enthousiasme
L’Amour est risque
N’aiment et ne sont pas aimés ceux qui veulent épargner,
économiser leurs sentiments.
L’Amour est générosité, l’amour est prodigalité, l’amour est échange.
Qui donne beaucoup reçoit beaucoup en fin de compte
Car nous possédons ce que nous donnons.
Aimer ce n’est pas mutiler l’autre,
le dominer, mais l’accompagner dans sa course, l’aider.
Savoir accepter l’autre tel qu’il est
Être joyeux du bonheur qu’il trouve
L’Aimer dans sa totalité :
pour ce qu’il est, laideur et beauté, défauts et qualités.
Voilà les conditions de l’Amour.
Car l’Amour est une vertu d’indulgence,
de pardon et de respect de l’autre


Martin Gray

Du temps, j’en ai eu !


Du temps, j’en ai eu sans compter dans ma vie
Or, pour n’avoir pas su vraiment le gérer
Affairé à mener mille et une activités
Mes proches que j’ai négligés sont partis
A une à une, les heures s’égrainent à présent
Plus rien ne m’attire vraiment dans ce monde
Long, beaucoup trop long me semble le temps
Seul, je ne sais plus et mes idées se confondent

Je ne parle plus et j’écoute le silence…
C’est qu’il en a des choses à dire le silence !
Il parle de tout, de rien, de l’absence …

Ma bouche comme cousue au fil d’or, s’est tue
Pour laisser émerger les maux du cœur
Tous ces non- dits, qui à petit feu vous tuent
Et vous enserrent d’un étau de rancœur, de noirceur
Blessé voire meurtri, mon cœur en silence
Réclame à cor et à cris une présence
Avant que mes lèvres ne se taisent à jamais
Et ne puissent dire combien j’ai aimé !


©Lucia