L’aigle et la colombe – The eagle and the dove

l'aigle et la colombe
English Version after this one


Pleine de grâce
La blanche colombe prit son envol
Juste sous l’œil perçant de l’aigle
Qui du haut d’une falaise
Fonça tout droit sur elle
De son bec féroce picota le petit corps
O pauvre créature sans défense
La voilà qui gisait maintenant sans vie
Seul un cri de douleur fendit le ciel en deux
L’aigle vorace à coups de becs
Dévora la chair tendre encore chaude
Alors sa douce compagne
Sous l’œil noir perçant de l’oiseau
S’élança bien courageusement
Pour atteindre mers et océans
Elle irait de par le monde
Porter un message de paix
Et raconter le triste sort
De son compagnon bien-aimé
Sur ses ailes encore frêles les reflets du ciel
Dessineraient un bel arc en ciel
Elle annoncerait à tous les hommes
Qu’il n’est point drôle de faire mourir des innocents
Juste par soif de gloire et de sang
Je me réveillai alors…
C’était mon rêve
À l’aube de ce nouveau jour


© Lucia
colombeblanche


Full of Grace
The white dove took flight
Just under the piercing eye of the eagle
From a cliff
Rushed straight for it
And its wild beak prickled the small body
O poor helpless creature
There it now lay lifeless
Only a cry of pain split the sky in two
The voracious eagle shots beaked
Devoured the tender flesh still hot
Then its sweet companion
Under the black piercing eye of the bird
Very bravely rushed
To reach the seas and oceans
It would go around the world
Bring a message of peace
And telling the sad fate
Of its beloved companion
On its frail wings the reflections of the sky
draw a beautiful rainbow
It would announce to all men
That it is not funny to kill innocent
Just by thirst of glory and blood
I awoke with a start when
For it was only a dream
At the dawn of this new day

L’Etoile… The Star

L’étoile-du-berger
English Version after this one


Pèlerin de la lumière
Que cherches-tu dans le ciel
Que cherches-tu sur le chemin
Si ce n’est le Divin ?
L’étoile de Bethléem
Brille là- bas, déjà pour toi
Ce serait-ce donc un rêve
Un conte comme on les aime ?
Mais non ! Rien de tout cela !
C’est l’Infini qui vient à toi
Que sa Lumière t’interpelle
Visage de Paix penché sur toi
Et que s’annonce la nouvelle
Les vivants ont soif de paix
Et d’espoir


©Lucia
etoile-8


Pilgrim of the light
That you look in the sky
That you look on the way
If it’s not the Divine
The star of Bethlehem
Shine there low, for you
It would thus be it a dream
A tale as we love them?
But no! Nothing of that kind !
It is infinity which comes to you
That its light calls out to you
Peace face tilted on you
And that announce the new
The « alive » are thirsty of peace
And hope

La flamme de l’Espoir – The Flame of Hope


Que l’espoir ne s’éteigne jamais à l’intérieur de nous
Et que chacun de nous sache être l’enfant qui avec l’espoir
Rallume, la foi, la paix et l’amour
Lucia
*****************************


May the hope never be extinguished within us.
And that each of us knows how to be a child
Who with the hope
Relight faith, peace and love

Espoir – Hope

Fenetreouvertesurlanuit


Ouverte, la fenêtre
Laisse entrevoir la nuit
Une nuit qui tombe, sombre
Noire, comme sont souvent nos peines
Nos incompréhensions
Et nos déceptions
Mais sous la voûte étoilée
Eclairée par la pleine lune
La nuit n’est plus tout à fait sombre
Au bout de nos chagrins
Il y a toujours une fenêtre éclairée
Une fenêtre ouverte dans le ciel
Avec une main qui se tend
Une main qui s’ouvre
Une oreille attentive qui entend
Et tous nos chagrins se dissipent
Des yeux, un regard
Un cœur …
Et la vie reprend pleine d’espoir


Lucia
frise

English Version


Opened, the window
Let glimpse the night
Night falls, black
Black as are often our sorrows
Our misunderstandings
Our disappointments
But under a starry sky
Lit by the full moon
Night is not completely black any more
So after our distress
There is a lighted window
A window in the sky
Wide open
With an outstretched hand
A hand which opens
A hearing ear
And all sorrows vanish
Eyes, a look
A heart
And life starts again hopeful

Tu m’as aimée le premier

Paysage céleste1


J’ai longtemps nié ton existence
L’idée que Tu pouvais être bon pour moi
Dépassait mon intelligence
Pourtant, souvent Tu as frappé
A la porte de mon cœur
Je ressentais alors quelque chose d’étrange
Une agitation intérieure inexplicable
Au tréfonds de tout mon être
Je comprenais bien que c’était surnaturel
Mon orgueil me laissait sourde à cet appel


Je sombrais peu à peu
Dans un grand trou noir…
Du vide tout autour
Du vide surtout en moi !
Par Amour,
Tu as toujours fait le premiers pas
Avec tendresse, Tu t’es approché de moi
Ton Oreille attentive entendait
Ces cris étouffés sortant de ma poitrine
Tu m’as tirée des griffes de la mort


Comme une mère douce et tendre
Comme un Père aimant et protecteur
Tu m’as consolée, restaurée

et relevée
Mettant un baume sur mes plaies
Tu m’as appelée Ta « fille bien-aimée »
Ô Dieu ! C’est Toi qui m’as aimée le premier !
Et moi, je n’ai plus cherché à fuir Ton Amour
Par Toi et en Toi je Vis !


Lucia