Mon ami, mon frère – My friend, my brother

enfantde laguerre

English Version after French Version


Mon ami, mon frère, j’ai l’âme chagrine
Tant je ressens ta peine et je t’imagine
Si triste, les yeux tout embués de larmes
Devant ces horreurs qui te désarment


Avec la peur au ventre qui tenaille
Des innocents succombent sous les mitrailles
Dans nos coeurs montent haine et colère
Contre la folie des hommes et leurs guerres


Mon ami, tu n’es pas le seul à pleurer
Devant tous ces corps muets et glacés
Tant de vies sacrifiées, tant d’innocents
Meurent pour le pouvoir et la soif de sang


Mon frère, tu sais, il n’y a pas de frontières
Pour aimer, il n’y a pas de barrières
Pour la paix, nous mènerons le combat
Tous ensemble, l’Amour n’abandonne pas !


Lucia

Paix 1


My friend, my brother, my soul grieves
So I feel your pain and I guess you
So sad, all-beaded eyes with tears
In front of these horrors which disarm you


With the fear in the stomach which torments
Innocent people under grapeshot, die
In our hearts soar hatred and anger
Against men’s madness and their wars


My friend, you’re not the only one crying
In front of all these frozen and icy bodies
So many lives lost, so many innocent
Die for power and bloodlust


My brother, you know, there are no boundaries
To love, there are no barriers
To fight, we will lead the fight
Together, the Love don’t give up!

Noël approche…

main tendue 2


Que représente Noël


Un espoir de retrouvailles ?
Une attente de pardon ou de réconciliation ?
Un désir de rassemblement ?
Le souvenir d’être chers ?
Des regrets, un cœur meurtri ?


Pour certains, cette période de fête
N’est que tristesse, douleur et désarroi
Car sans emploi, sans argent, sans abri
Isolement, solitude, famille brisée, disloquée …
Comment peuvent-ils se réjouir
Alors que Noël devrait représenter la joie pour tous


Et quand est-il pour nous ?


Arrêtons-nous un peu
Recentrons- nous sur l’essentiel
Pensons aux délaissés
Aux oubliés sur cette terre


Noël est une belle histoire d’amour !


Lucia

Les enfants de…


Les enfants de la misère
Abandonnés, sans père ni mère
Croupissent dans les rues
Sans abri et les pieds nus


Ils ont les yeux humides
Par trop de larmes déjà versées
N’allez pas croire qu’ils sont timides
Dans vos bras, ils aiment se jeter


Les enfants de la misère
Ont pour larmes, des prières
Leurs regards empreints de tristesse
Vous disent, « j’ai besoin de tendresse »


Les enfants, que je côtoie
Ont, pour certains, trouvé un toit
Un petit nid simple et douillet
Où ils se sentent protégés


Les enfants que je côtoie
Affichent leur plus beau sourire
Dans leur cœur, des éclats de rire
Vous disent, « vous nous avez aimés » !


Lucia

La Pauvreté


Le manque d’amour
Est la plus grande pauvreté


Avoir souffert rend tellement plus perméable
A la souffrance des autres
Abbé Pierre


On connait la profondeur
De la douleur
De la pauvreté
Quand on l’a expérimentée
Pour s’identifier et comprendre
La souffrance de l’autre
Il faut l’avoir connue
L’avoir vécue
Avoir eu faim, avoir eu froid
Avoir manqué de l’essentiel
Et surtout d’amour…
Sans quoi tout ce que je peux dire
Ne sont que des mots
Et tout ce que je peux faire
Ne reste que du  » Faire  »
Je rejoins la pensée de l’Abbé Pierre
Qui dit qu’avoir souffert
Rend plus « perméable » à la souffrance


Tout peut être supportable quand l’Amour
Est manifesté par des gestes, des paroles
Des actes posés sans calcul
Ni arrière pensée
On peut alors donner du sens à ce qui « EST »


L’empathie, la compassion
L’entraide, renforcent les liens
Rapprochent, unissent les êtres
Dans l’Amour Véritable
Ensemble, on trouve
 » Force et Espoir »


Lucia