A qui irai-je ? Who will I go to !


A qui irai-je sinon à toi


Ô Dieu ! Toi le roc séculaire
Mon Ange tutélaire
Qui chaque jour conduit mes pas
Mon âme crie et seule aspire
A cet amour qui vient de toi


Vois tout ce qu’ici bas fait souffrir
Vois l’âme qui devant l’abîme
Des profondeurs jusqu’aux cimes
Sombre dans le chaos et la nuit
A qui irai-je sinon à toi


Toi qui me connais et seul juge
Sous tes abris, mon seul refuge
Ma vie se livre et s’abandonne
Et ta douceur m’environne


Alors, peu à peu la nuit s’efface
Un jour nouveau la remplace
Tu m’aimes, je le sais et je vis
Ô Dieu ! A qui irai-je sinon à toi


©Lucia


O God ! You the age-old rock
My Guardian Angel
Who every day leads my steps
My soul cries and only sucks
At this love that comes from you
See how much this hurts
See the soul before the abyss
From the depths to the summits
Dark in chaos and at night
Who will I go to, if not you
You who know me and only judge
Under your shelters, my only refuge
My life surrenders and surrenders
And your sweetness surrounds me
So, slowly the night fades
A new day replaces her
You love me, yes I know it, and I live
O God ! Who will I go to if not you

Il est venu


Il est venu ce souffle sans bruit
Poser un baume sur les cœurs meurtris
Comme l’île engloutie par les flots
En Sa chair il a englouti nos maux
Sur son dos, il a porté nos fardeaux !

Sur le ciel d’airain Il a déversé la pluie
Et sa sève a coulé libérant la Vie
Il l’a faite couler dans nos veines
Brisant tour à tour toutes nos chaines
Envoyé par Dieu appelé fidèle
A Lui, Il nous a unis d’une union éternelle


« La vie ne jaillit pas toute seule
Je n’aurais jamais reçu le don de la vie sans Jésus-Christ »


© Lucia

Ma plume !


Après avoir exprimé tant de rêves
Conté maintes histoires
Parcouru des yeux des centaines de lignes
A bout de souffle
Ma plume s’est usée…
De tout ce flot de mots inspirés
Par son bel encrier
Voilà que son encre s’est tarie
Ma plume, de liberté s’est éprise,
Elle vole poussée par les vents
Ce bon air frais qu’elle respire
Navigue vers le bleu de l’océan
Danse et se rie des nuages !
Là où sans contrainte
Elle a trouvé la liberté d’être


De s’éclipser, elle choisit
Pour accueillir toute la tendresse
La caresse d’un nouveau sourire
Qui offre fraicheur et seconde jeunesse


« Certains bonheurs méritent que l’on s‘arrête
Pour les apprécier pleinement »!


©Lucia

J’aurais tant aimé …


J’aurais tant aimé te rencontrer
O Fils de l’homme venu du Ciel
Pour écouter tes propos sages
De la Terre d’où coule le miel
Boire de la vigne le vin en partage
Puis à Ta source être abreuvée

J’aurais tant aimé suivre ton pas
Gouter au pain de l’abondance
Dans une réelle et totale confiance
T’offrir mon coeur sans résistance
Et sans crainte obéir à Ta voix !

J’aurais tant aimé toucher le pan
De ton beau et noble vêtement
Et lors du sacrifice, essuyer ton front
D’où perlaient des grumeaux de sang
Tu as porté en TOI seul ma guérison
Pour que je puisse enfin croire
Que de la Croix jaillit l’ESPOIR !


©Lucia

Du temps, j’en ai eu !


Du temps, j’en ai eu sans compter dans ma vie
Or, pour n’avoir pas su vraiment le gérer
Affairé à mener mille et une activités
Mes proches que j’ai négligés sont partis
A une à une, les heures s’égrainent à présent
Plus rien ne m’attire vraiment dans ce monde
Long, beaucoup trop long me semble le temps
Seul, je ne sais plus et mes idées se confondent

Je ne parle plus et j’écoute le silence…
C’est qu’il en a des choses à dire le silence !
Il parle de tout, de rien, de l’absence …

Ma bouche comme cousue au fil d’or, s’est tue
Pour laisser émerger les maux du cœur
Tous ces non- dits, qui à petit feu vous tuent
Et vous enserrent d’un étau de rancœur, de noirceur
Blessé voire meurtri, mon cœur en silence
Réclame à cor et à cris une présence
Avant que mes lèvres ne se taisent à jamais
Et ne puissent dire combien j’ai aimé !


©Lucia