Quelqu’un au-delà de ce monde – Someone beyond this world

La gloire de Dieu
English Version just after the French version


Quand je regarde
Un lever de soleil
O beauté du firmament !
Quand de la nature
J’observe toutes les merveilles
Comme les champs de blés
Que la main de Dieu a semés
Tout m’indique
Qu’il y a un Dieu Créateur
Même si de par mon intellect
Je mets en doute son existence
Dans mes murmures silencieux
Tout mon être intérieur
A conscience de sa présence


© Lucia
0a14


When I look a sunrise
O beauty of the firmament!
When of the nature
I see all the marvels
As the wheat fields
That, God’s Hand has sown
Everything tells me
That there is a “God Creator”
Although by my intellect
I question His existence
In my silent whispers
My whole being deep is
Conscious of His Presence

Quand – When

amour_10
English Version after French version


Quand, je regarde ton doux visage
Qui, après tant d’années, encore m’émeut
Quand dans l’étreinte, je ferme les yeux
Alors que tes doigts fous et volages


Courent sur mon corps caressant ses contours
Et quand, sur ma couche tu te vautres
Oh ! Je ne désire aucun autre
Seulement toi qui me fait vibrer, amour !


L’odeur de ta peau m’est familière
Et si soudain, dans leur course folle
Tes doigts se pressent et puis s’affolent


Fébrilement dénouant ma guêpière
Oh ! Comment pourrais-je leur résister
Tout mon corps s’abandonne aux voluptés !


© Lucia
frise


When, I look at your soft face
Who, after so many years, still moves me
When in the embrace, I close eyes
While your fingers crazy and flighty


Run on my body caressing its outlines
And when, on my layer, you wallow
Oh no! I desire for no other one


Only you! Who makes me vibrate, my love!
The smell of your skin is familiar to me
And so sudden, in their mad
Your fingers crowd and then panicking


Feverishly, untying my corset
Oh! How could I resist
Whole my body surrenders to the delight

Vol de nuit – Night Flight

Ce diaporama nécessite JavaScript.


English Version after French Version


« Vingt heures », indique l’horloge du grand hall
Les passagers s’affolent à l’annonce du départ
Ils se rapprochent de la sortie,
tous agglutinés derrière la vitre,
agitant passeport ou laissés passés.
Tu es juste devant moi, je vois tes larges épaules dépasser.
Je te suis du regard pour ne pas te perdre.
Ta présence me rassure
Avec toi, rien ne m’effraie
Je n’ai ni peur, ni angoisse!
Bizarrement, je sais que tu éprouves la même chose.
Il fait déjà nuit noire!
On traverse la piste jusqu’au vol AF 900.
Une cinquantaine de personnes montent et prennent place bruyamment
Enfin prêts, l’avion quitte le sol, on décolle !
Ta main s’agrippe à la mienne .
Tu serres si fortement mes doigts,
qu’un cri de douleur s’échappe de mes lèvres
Puis tu fermes les yeux.
Je sais que tu pries
Je le reconnais à l’expression de ton visage
Alors,
je me joins à ta prière dans un « amen » silencieux!
Une demi-heure de vol suffira pour atteindre la capitale "Libreville".
Nous regagnons un petit hôtel sur la plage désertée,
pour repartir au lever du jour.


©Lucia
avion


"Twenty hours", indicates the clock of the big hall.
The passengers get into a panic to the announcement of the departure
They approach the exit, all agglutinated behind the window,
shaking passport or the left past.
You are just in front of me
I see your wide shoulders exceeding
I follow you of the look not to lose you
Your presence reassures me
With you, nothing frightens me
I have neither fear, nor anxiety
Strangely, I know that you feel the same thing
It already makes at black night
We cross the track until the flight AF 900
About fifty people rise and take a seat noisily
Finally loans, the plane leaves the ground,
we unstick! Your hand catches mine
You squeeze so strongly my fingers, as a cry of pain escapes from my lips.
Then, you close eyes.
I know that you pray,
I recognize it by the expression of your face.
Then silently, I join your prayer in a "amen".
Half an hour of flight will be enough for reaching Libreville the capital.
We get back to a small hotel on the beach deserted,
then, we leave at dawn

Pause Vacances – Break

Cap Lopez

B ientôt, mon beau pays je regagnerai
O ui, je vous retrouverai mes bien-aimés
N uit et jour, de vous, j’en ai rêvé
N on ! O grand jamais ! Je ne vous ai oubliés !
E mportant avec moi vos beaux sourires
S ans lesquels, si loin je n’aurais su vivre

V ous revoir bientôt est un pur bonheur
A vous, qui avez tant de place dans mon cœur
C’est pour vous que mon cœur se livre
A ux êtres qui vous sont chers
N’attendez pour leur dire « je t’aime »
C hassez tous les soucis, les inquiétudes
E mployez votre énergie à aimer
S oyez unis pour toujours dans l’amour !

©Lucia ♥

Soon, I will return to my country
Yes, I will find my beloved
Night and day, I dreamed of you
I do not! Ever! I have not forgotten you!
Carrying with me your beautiful smiles
Without which, so far, I have managed to live
See you soon is pure bliss
For you, who have so much space in my heart
It is for you that my heart is engaged
Beings who are dear
Do not wait to say "I love "
Banish all the worries, concerns
Use your energy to love
Be united forever in love!

J’ai appris ! I learned

aimer
English Version after the first one


A aimer, je l’ai appris
Par tes gestes tendres !
Par tous les mots que tu as dits
Ceux que je rêvais d’entendre
Et pour la première fois
Je pus m’endormir sans peur
Mon corps tout contre toi
Frissonnait de bonheur
Je pus enfin fermer les yeux
Sans que ne me trouble la nuit
Ainsi, nous partirions tous deux
Et même s’il y a des orages
J’ai appris que le soleil luit
Derrière les sombres nuages


© Lucia
729331r9xv98dss9


Love! I learned it
By your tender gestures
By all the words you said
Those that I dreamed of hearing
And for the first time
I could sleep without fear
My body all against yours
Trembling with happiness
I finally close my eyes
Without that the night disturbs me
Thus, we would leave together
And even after storms
I learned that the sun shines
Behind dark clouds

Padré !

la main d'un père
English Version after one


Padré !
Ainsi je t’appelais, père
Ta vie fut tourmentée
Par ces années de guerre
Que tu ne pus oublier
Sur tes genoux souvent
La fillette fragile que j’étais
En quête de ton amour
Venait trouver refuge
Epuisé, le corps brisé
Par ton dur labeur
Seul le silence des maux
Etait notre complice
Homme droit et fier
Au regard plein de pudeur
Ce qui voilait tes émotions
Tu m’aimais secrètement
A l’automne de ta vie
Enfin ton cœur s’ouvrit
A la lumière divine
Qui vint éclairer tes nuits
Je pus lire dans tes yeux
L’ampleur de ton amour
Quand tu volas vers d’autres cieux


© Lucia
coeurs


Padre!
Thus I called you, father
Your life was tormented
By these years of war
That you could not forget
On your knees often
The fragile girl I was
Looking for your love
Had found refuge
Exhausted, the broken body
By your hard work
Only silence of the troubles
Was our accomplice
Tall and proud man
Full modesty
That veiled your emotions
You loved me secretly
In the autumn of your life
Finally, opened your heart
A divine light
Who came to enlighten your nights
I could read in your eyes
The extent of your love
When you flew towards other heavens

Dieu que ce fut bon ! God It was good !

Cap lopez POG
English Version after French Version


Le vent marin venait fouetter tes cheveux
Une lueur de joie brillait dans tes yeux
Tu étais aussi beau que le dieu apollon
Comme tu peux l’être dans ces moments d’émotion !


Posée sur la mienne , tout simplement ta main
Réchauffait mon pauvre cœur, en ce doux matin
Tremblant de peur de t’avoir perdu toi aussi
Bien qu’on s’était promis de s’aimer pour la vie


Toi de moi, si loin, je revivais l’abandon
Comme autrefois quand je dus quitter ma maison
Le doute tout comme nos pas sur le rivage
S’effaça ! La joie revint sur mon visage !


O combien ce moment m’apporta du bonheur
De ma poitrine, il en ôta la lourdeur!
Te voir sourire me serrant tout contre toi
Dieu que ce fut bon de revivre ces émois !


©Lucia
<3 <3 <3


The marine wind came whipping your hair
A glimmer of joy shone in your eyes
You were as beautiful as the god Apollo
How you can be it in these moments of emotion!


Put on mine simply, your hand
Warmed my poor heart in this soft morning
Trembling for fear of having lost you too
Although, we had promised love for life


From me too far, I relived the abandonment
As before when I had to leave my house
Doubt, just like our steps along the shore
Faded! The joy returned on my face!


O how this time brought me happiness
From my chest, it removed the heaviness!
See you smiling hugging me against you
God it was good to relive those emotions!