Arrivée du printemps

Pour redonner vie à l’un de mes anciens poèmes

smil4c27c1c238655

printemps1


L’hiver a jeté son manteau de froidure
La terre arrosée de perles de pluie
Revêt son éblouissante parure
Feuillage vert aux fines broderies


Le soleil dolemment étire ses rayons
Dans le ciel les hirondelles
A tire d’ailes annoncent le printemps
Et sur le haut des toits tissent leur cocon


Sous les cerisiers en fleurs
Vos yeux flatteurs embrasent mon cœur
De vous tendrement épris, ma mie
De l’amour naissant buvons jusqu’à la lie !
frise-fleur3

La nuit meure- The night dies

près de toi
English Version after French Version


La nuit vient de quitter son lit étoilé
Pour mourir dans les flammes de l’aurore
Alors que l’horizon s’étire teinté d’or
Les jeunes pousses se parent de rosée


Sous la brise légère, mon cœur frémit
Tout comme la nature qui accueille ce printemps
Mes pensées caressent ce beau jour naissant
Et de tout mon être, j’aspire à la vie


C’est tellement bon de la vivre près de toi
De voir encore cette belle saison naitre
En sentant, au tréfonds de soi, renaitre
L’émerveillement des tout premiers émois


Mon regard scrute cet horizon lointain
Chacun de mes pas me conduira à toi
Toi qui es ma raison, une partie de moi
Que tu garderas au creux de tes mains


©Lucia
dZh


The night has just left its studed bed
To die in the dawn’s flames
While the horizon stretches tinged with gold
Young shoots adorn themselves with dew


Under the light breeze, my heart shivers
Just like the nature which welcomes this spring
My thoughts caress this beautiful rising day
And of all my being, I aspire to the life


It’s so good to live near you
To see again this spring being born
Feeling in the depths of the self, reborn
The wonder of the first stirrings


My look scrutinizes this distant horizon
Each of my steps will lead me to you
That thou, my reason, a part of me
That you will keep in your safe hands

Oiseau perdu- Lost Bird

oiseau main
English Version after French Version


Bel oiseau, perdu tu sembles être !
Viens sur le rebord de ma fenêtre
Viens picorer quelques miettes de pain
Que je t’offrirai au creux de la main


Ton envie d’entreprendre un très long
Voyage se lit dans tes yeux tout ronds
L’appel du printemps dans l’air résonne
Et tes ailes tremblantes en frissonnent


A son appel, Ô bel oiseau sauvage
Tu ne peux, vers d’autres paysages
T’envoler ! Laisse donc mes mains caresser
Ton plumage et t’aider à voler!


©Lucia
barre-de-separation1


Beautiful bird, lost, you seem be!
Come on my window’s edge
Come to peck at some breadcrumbs
That I s’ll offer you into my hand’s hollow


Your desire to undertake this very long journey
I read it in your round eyes
This spring’s call, in the air, resounds
And your trembling wings, shiver at its shout


O beautiful wild bird!
You cannot, towards other landscapes
Fly away! Let my hands to caress
Your plumage and help you fly!

Avril

Buisson fleuri POG


Avril, aux matins frileux encore
Chasse la pluie et le vent de l’hiver
Laisse, les petits bourgeons éclore
Les prés et les champs, se peindre de vert


Dame nature veut chanter pour toi !
Là- haut, les oiseaux muets frissonnent
Tous perchés sur les sommets gris des toits
Sous un ciel noir, courroucé, qui tonne


Faisant fuir, les animaux apeurés
Bel Avril ! Offre-nous ton sourire !
Fais croitre tes boutons d’or sous nos pieds
Dans les bois, l’amour, nous irons cueillir


Ô Avril ! Mois de la Renaissance !
Vois le malheureux qui tremble d’effroi
Ouvre tes portes à l’Espérance
Renaître à la foi, change tout parfois !


Lucia