Elle


La nuit, presque sans bruit, descendait
Couvrant sa silhouette élancée
Dans la brume épaisse du soir
Envahie par le désespoir


Elle marchait, triste et l’âme en peine
Trop meurtrie par ces luttes vaines
Fatiguée d’un long voyage
Le cœur vidé, sans bagages


Elle revenait, en terre inconnue
D’un ailleurs, auquel elle avait cru
Elle voulait s’arrêter un instant
Se poser, embrasser le présent


Sur son cœur, une simple prière
Re-naître d’amour et de lumière
L’espoir refleurirait du désert


Lucia