Ecrire… Pourquoi ce besoin ?

j'écris


J’étais encore adolescente,
Quand avec ma sœur et mon frère nous voulions écrire un roman
Nous avions trouvé cette idée géniale pour combler nos soirées.
Car nous ne possédions pas de télévision à l’époque
pour nous distraire comme d’autres adolescents.
Un jour mon professeur de français me dit
 » Tu es très imaginative et bien douée pour l’écriture ».
Plus tard, la  jeune fille que j’étais devenue
Plutôt timide et réservée se mit à écrire
tous ses ressentis sur un carnet intime
Une façon de libérer ses émotions de jeune fille!


Ce gout de l’écriture s’endormit avec la vie,

Le travail, la venue des enfants…
Ce n’est que bien plus tard,

Que ce besoin d’écrire ressurgit comme pour exorciser ma douleur
Les maux de l’âme et libérer les émotions négatives.
Oui ! L’écriture est thérapeutique !
Puis ce besoin devint moins criant
Avais-je guéri ?
Depuis tout ce qui m’entoure peut m’inspirer
Cependant il m’arrive de passer des jours,

voire des semaines sans écrire.
Ai-je tout dit ?
Non ! Je ne le crois pas !!!
Tout est source d’inspiration
Et l’on peut se raconter en observant les gens,
Au travers de leurs comportements et de la vie elle-même !


©Lucia

La page…

page et mots


Oh ! J’ai tant de choses à dire
Et tant de mots à écrire
Qui pourrait les comprendre
Ou mes maux, venir prendre !


La page est nue devant moi
Brouillée et ce malgré moi
Mouillant, de mes pleurs, le papier
Que rien ne peut arrêter


L’automne avance, timide
Mon coeur est chagrin, comme vide
Ai-je si peur de transcrire


Tout ce qui en moi respire ?
J’ai tant encore à vous dire
Mais mon coeur n’est que soupirs!


©Lucia

Tourner la page … Turn over page

Se raconter


Un court extrait du « livre » que j’écris actuellement…


Anicia jeta un dernier coup d’œil dans toutes les pièces de la maison…
Elle s’attarda plus longuement à l’étage
Elle entra dans la chambre d’Anna et vit le CD de Bob Marley posé là, sur le bureau blanc
Dans la précipitation Anna avait dû certainement l’oublier
Anicia adorait la musique Reggae!
Ce fut Anna qui lui fit redécouvrir le chanteur
Un album qu’elle lui offrit pour son anniversaire
Elle se dirigea vers la chambre de Marie pour fermer les volets
Et là, une triste scène lui revint comme un flash-back
C’était Vincent qui s’apprêtait à partir un soir
Et Marie accrochée à sa jambe, criait « Papa ne t’en va pas ! »
De ce souvenir…
Tout le corps d’Anicia se mit à trembler comme en ce fameux soir
Puis elle longea le couloir qui menait à sa propre chambre,
en ferma la porte se refusant d’y entrer pour ne pas s’effondrer
Elle descendit dans le grand salon,
une odeur de cendres froides se dégageait de la cheminée
comme si la flambée venait de s’éteindre la veille
Elle se revoyait danser dans les bras de Vincent,
dans sa belle robe rouge, un soir d’anniversaire
Un soir qui semblait heureux comme une illusion de bonheur…


©Lucia


Anicia take look in all, a last time into the rooms of the house.
She lingered more for a long time on the first floor.
She entered Anna’s room and lives the CD of composed Bob Marley there, on the white desk
In the haste Anna had had to certainly forget it.
Anicia adored the music Reggae.
It was Anna who made her rediscover the singer,
by an album which she offered her for her birthday.
She went to Marie’s room to close shutters and there, a sad scene returned to her as a flashback.
It was Vincent who got ready to leave one evening and Marie hung on his leg,
shouted  » Dad do not go!  »
Of this memory, all the body of Anicia began trembling as in this famous evening.
Then she followed the corridor which led to its own room,
closed the door refusing itself
Refusing to enter, from not to collapse.
She came down in the big lounge, a smell of cold ashes got free of the fireplace
as if the fit had just gone out the day before.
She saw again to dance in Vincent’s arms,
in her beautiful red dress, one evening of birthday
One evening, which seemed “happy” as an illusion of happiness.

Pour Elle… For Her..

lettre-d-amour


En ce beau soir de clair de lune
Dans sa maisonnette de fortune
A la lueur de la flamme qui vacille
Un peu nerveux, il s’agite et frétille


Comme un petit poisson dans l’eau
A l’idée de coucher ces mots
Oh! Ces mots doux et généreux
Qu’il exprime quand il est heureux !


Sur le papier, glisse sa plume
L’ardeur en ses veines, s’allume
Son cœur ne bat que pour elle
Un amour qui lui donne des ailes


Oh ! Tous ces mots bleus, qu’il écrit
Ce soir, pour la femme de sa vie
Des mots sucrés rien que pour elle
Cet amour qui lui donne des ailes


Lucia
frise

English Version


By this beautiful night of moonlight
In his small makeshift house
In the light of the flame that flickers
Nervous, he stirs, dance and wriggles


As a small fish in water
With the idea to write these words
Oh ! Sweet and generous words
He writes when he is in love!


On paper, slides his pen
The ardor in his veins, lights
His heart beats only for her
A love that gives him wings


All these blue words, he writes
Tonight, for love of his life
Sweet words just for her
This love that gives him wings