Ce que j’aime en toi !

Image par Ben Kerckx de Pixabay

Ce que j’aime le plus en toi, c’est ta façon de m’aimer…

  
 Ce que j'aime en toi 
 Je vais te le dire
 C’est ton beau sourire
 Et c’est mon reflet dans le miroir
 De tes grand yeux noirs 
 
 Ce que j'aime en toi
 Je vais te l’apprendre 
 C'est ta belle voix et tes mots si tendres 
 Qui m’attirent à toi
 Et résonnent en moi
 
 Ce que j’aime en toi
 Et qui cause en moi 
 Le plus doux émoi
 C’est de ressentir ton si grand bonheur
 Cette douce flamme qui brûle en ton cœur
  
 ©Lucia 

Je t’aime en acrostiche

Mers et océans, ne peuvent mettre fin à mon amour. Tu es l’unique prince charmant qui comble ma vie !

Je suis bien dans ta douce présence
Enivrée de tout cet amour immense

T’aimant si tendrement 
Amoureuse comme on l’est au printemps 
Infini est l’amour qui bouillonne en moi pour toi
Même si la jeunesse s’enfuit à grands pas
Emerveillement est la vie grâce à toi ! 
 
 ©Lucia 

Recueillement

Image par Lukáš Jančička de Pixabay
  Lorsque la nuit, sans bruit, quitte son berceau   
 Qu’un voile de brume se pose sur l’eau  
 Tel un volcan en éruption  
 Apparaissent les flammes de l’aurore 
  
 D’éclats flamboyants s’habille le ciel
 Teintant l’horizon de reflets d’or
 Tout doucement la nature s’éveille
 Accueillant ce nouveau jour en éclosion
  
 Tandis que le vent aux ailes naissantes
 Secoue les blés murs prêts pour la moisson
 Les fleurs courbent leur tige timidement
 Pour se mirer dans les eaux claires      
  
 Sur les hauteurs les monts dressent leurs flancs
 Et célèbrent l’œuvre du Créateur 
 C’est l’heure bénie où la nature exulte
 Où l’âme pieuse se recueille en silence
  
 Au Maitre des Cieux, avec foi fervente
 Montent ses actions de grâces
 Car de son Trône coule l’Abondance 
  

 Lucia 
   

La colère !


publicdomainpictures.net·

«Les mots que l’on prononce ont une grande importance. Il faut les choisir avec prudence ou bien garder le silence. Il ne faut pas oublier, qu’en une fraction de seconde, un langage régi par la colère, peut anéantir l’estime que l’autre a de lui-même ». Joëlle Laurencin

 
   Elle rage, gronde comme le tonnerre
 Hurle et vocifère, la colère !
 Instabilité émotionnelle
 Elle agit comme un poison mortel
  
 Ses entrailles sont remplies de fiel
 Sa fureur assombrit le ciel
 Sa bouche éjecte du venin
 Crache sa haine et méprise le bien
  
 Mouvement de l’âme, la colère
 Atteint l’être jusque dans sa chair
 Elle ne montre aucun repenti
 Et ne vous laisse aucun répit
  

 ©Lucia 

Au coin du feu!

Trouvé sur le net

  
 
  
 La vieille dame assise,
 Au coin du feu, était pensive
 La chaleur de l’âtre réchauffait
 Ses membres engourdis et glacés
 Des mèches grises relevées 
 Donnaient de la douceur à ses traits
 C’était là, qu’elle venait s’assoir 
 Vers la fin du jour quand arrivait le soir 
 Posée là, une vague de nostalgie
 Remontait en son cœur et sa vie
 Comme dans un film, défilait…
 Des pensées qu’elle se plaisait à nourrir
 Repassant en son cœur ses plus beaux souvenirs 
 Remplis d’amour et d’éclats de rire
 Mais long était le temps, lourd de silence...
 Pour elle, trop cruelle se faisait l’absence
 C’était déjà l’hiver dans son coeur
 Et elle cherchait un peu de chaleur
 Au creux de ses souvenirs d’antan
 Qu’elle gardait précieusement !
    
 ©Lucia