Il y a ces jours – There these days

Jour d'orage POG
English version after French Version


Il y a ces jours pluvieux et sans envies
Où le ciel, au lever, s’habille de gris
Où l’on peut à peine se mouvoir, le corps
Si fatigué gémit au moindre effort
Il y a ces jours sans mots et sans émois
Où seul l’horizon est notre petit « moi »
Et ces jours froids de grandes lassitudes
Où le geste s’accomplit par habitude
Il y a ces moments où l’on fuit la vie
Sans plus savoir vraiment ce qui la remplit


©Lucia
729331r9xv98dss9


There are these rainy days without cravings
Where the sky at sunrise, dress gray
Where you can hardly move, the body
So tired, groans at the slightest exertion
There these days wordless and emotions
Where only the horizon is our little « I »
And these cold days of great weariness
Where the action is performed routinely
There are those moments when life is leaking
Without really knowing what fills it

14 réflexions sur “Il y a ces jours – There these days

  1. c’est vrai qu’il y a des jours où rien ne va même pas le temps, où on a envie de ne rien faire, et il y a des jours où on abattrait tout sur notre passage les jours se suivent mais ne se ressemblent pas fort heureusement

  2. En effet, il y a des ces jours où nous aurions du rester au lit tellement ils sont vides de sens;
    c’est normal, mais heureusement le lendemain, ça va mieux et le brouillard fait place au soleil!
    Très beau poème mon amie Lucia, bravo mon amie et bon week-end🙂

  3. Oui, en effet, il y a de ces jours … mais heureusement, remplacés par des jours ensoleillés que l’on se souhaite sans modération ! Toujours si agréable de te lire, tu sais !
    Bonne poursuite de ce mercredi à toi chère Lucia,
    Bisous.

    • Merci Colette, on dit après la pluie vient le beau temps…, En ce moment ce n’est que de la pluie … Et il tonne , le ciel enrage !
      Bonne journée à toi, bisous

  4. Oui ma Lucia bien-aimée,

    Il y a ces jours, où notre état d’âme est dans tous ses états…
    Lassitude, grisaille et ennuie, le gris du ciel se pâme au gris du manque d’envie qui assaille tout en nous, jusqu’à ce que le soleil réapparaisse au travers des nuages, lentement jusqu’à ce qu’il prenne toute la place et la joie de vivre dans une percée revient.

    Il y a ces jours où l’en-vie se cache, et comme l’état d’hiver attend le printemps, et quand tout renaît la joie revient à son comble.

    Notre espérance est que dans ces jours, nous ne sommes pas seules, et que; lorsque le corps et son âme sont guéris nous pouvons gaie-rire à nouveau.

    Je t’envoie à tire d’ailes l’envol de tendresse qui te couvre de ses plumes ma douce.
    Je pense bien à toi, je t’aime!
    Ta Ptite Soeurette ANNIE.

    • Merci Annie de tes mots qui font du bien , tu as expérimenté cela, n’est-ce-pas ? Tu sais d’où vient la lassitude…
      Je reçois ta tendresse soeurette, bisous affectueux.

Fil de discussion

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s