La fillette que j’étais- The little girl that I was

Pris sur le Net

Pris sur le Net


Il m’arrive de repenser à mon enfance
A la fillette que j’étais pleine d’innocence
Qui aimait venir s’asseoir sous le grand tilleul
Quand son cœur était chagrin, délaissé et seul


Une fillette qui cherchait le regard de sa mère
Et qui par amour aurait tout fait pour lui plaire
Mais dans sa maison, il y avait tant à faire
Bien que toute petite, elle n’était pas la dernière


Ô fillette ! Tu ne voulais qu’un peu de tendresse
Etre serrée dans ses bras, sentir ses caresses
Dans ce grand silence, il faisait froid et parfois
Tu sentais de l’indifférence peser sur toi


Je te revois, Ô fillette, sous le grand tilleul
Repliée sur toi-même, l’âme attristée où seul
Dieu pouvait recueillir tes larmes et tes prières
Secrètes, ton jeune cœur cherchait déjà la lumière


Lucia
argent


Sometimes I think back to my childhood
To little girl that I was full of innocence
Who liked coming to sit under the big linden
When her heart was sorrow, helpless and alone


A little girl who looked for her mother’s look
And who would do anything for being loved
But in the house, there was so much to do
Although very small, she was not the last one!


Oh little girl! You wanted only her tenderness
To be hugged in the arms feeling her touch
In this great silence, it was cold and sometimes
You felt the indifference pressing on you


I’ll see you, O little girl, under the big linden
Folded up on yourself, sad soul where only
God could collect your tears and your secret prayers
Your young heart already searching for the light

41 réflexions sur “La fillette que j’étais- The little girl that I was

  1. Je me reconnais dans cette histoire , j,’ai pas eu une enfance facile et heureuse
    Ton écrit est si prenant qu’il me donne la chaire de poule ..Très beau texte Lucia chapeau bas
    Papillonbleu

    • Merci Papillon bleu de ce beau commentaire, pardon pour le retard.
      Il est vrai que dans les familles nombreuses, les enfants ne sont pas forcément heureux.
      Chaque enfant a sa personnalité, sa sensibilité, mais l’urgence du quotidien ne permet pas de répondre à ses besoins.
      Bonne continuation de ce dimanche, à bientôt

  2. Quel poème touchant ma chère Lucia, j’en ai des frissons; j’ai ressenti un peu la même
    chose quand j’étais petite fille… Mais en grandissant, on comprend mieux et on n’oublie jamais😦

    • Bien sûr que l’on comprend, j’ai beaucoup aimé ma mère en grandissant, pour elle la vie n’a été facile, c’était une battante bien courageuse.
      J’ai lu ton post, c’est fort ce que tu as écrit, j’ai été très émue.
      Bonne journée tendre amie, bisous de cœur.

      • Merci ma chère Lucia, c’est très gentil, je suis heureuse que tu aies aimé mon amie. J’aimais tellement ma mère que je n’ai pas pu m’empêcher de lui écrire ce que je ressentais… Bon week-end ma douce amie, bisous du coeur à toi aussi🙂

  3. J’ai lu…
    Des mots poignants qui vont directement au coeur… Une enfant… Une enfance blessée… c’est mots sont puissants et ils sont déroutants…

  4. Bonjour LUCIA
    Plus chaud que le soleil
    Plus blanc que la neige
    Plus sucré que le miel
    Avec plein de joie et beaucoup de bonheur
    C’est avec mon petit cœur , chargé d’amitié , je la partage avec tous mes amis(ies)

    Je viens te souhaiter une
    *****BONNE JOURNÉE

    Bernard

  5. C’est trop triste de savoir qu’une enfant souffre d’être délaissée…! Un texte bouleversant qui me touche beaucoup car j’adore les enfants.
    Bonne fin de journée ma douce lumière
    Que la nouvelle semaine t’apporte de jolies surprises mon amie
    Plein de bisous pour toi !

  6. Très touchant ton poème Lucia. Pour quelques instants, je me suis revue moi aussi en cette fillette parfois s’étant sentie trop seule…de cette solitude qui force un peu à nous créer nos propres univers. Cette solitude qui avec le temps devient une amie que l’on chérit et qui même nous console. Merci pour ce partage ma belle…j’aime me promenerchez-toi, je m’y sens bien, dans un environnement calme, sain et plein d’amour. Très bon dimanche, gros bisous.

    • Il peut y avoir des frères et des soeurs autour de soi et se sentir seule à l’intérieur par manque de chaleur, d’attention et de paroles valorisantes.
      Que ce soit le manque d’une mère ou l’absence d’un père, le résultat est le même sur le plan affectif et la construction de l’enfant.
      Merci Delvina , j’aime tes commentaires riches et pertinents, j’aime également flâner dans ton univers.
      Bonne poursuite de ce dimanche, bisous.

  7. Coucou, mon ami(e). LUCIA en pensant quand tu étais petite fille en cherchant le plus beau regard celui de notre mère
    Je t’envoie un sourir
    Un geste , la .tendresse
    Une qualité , la douceur
    Un mot amitié sincère
    Un espoir , la santé
    Un rêve, le bonheur.
    Avec ce cocktail d’amitié.
    je viens te souhaiter
    Une très bonne journée
    Ainsi qu’un bon WEEK END
    Un ballon rempli de bisous.

    Bernard

Fil de discussion

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s