Un père absent

pèrefille


Que de temps perdu à croire que l’on est rien
Un « incapable » ou pas quelqu’un de bien
A douter de soi, de ses faits, de ses dires
Parce qu’enfant, il vous a manqué un sourire


Celui d’un père au regard approbateur
Aux bras ouverts, accueillants et protecteurs
Un modèle pour bien se construire dans la vie
Et pour pouvoir affronter tous ses défis


Ce temps aussi à vous torturer l’esprit
Constatant que vous avez grandi sans lui
Le cœur meurtri, vous espériez son regard
Mais vous comprenez qu’il est déjà trop tard


Et que de temps à se sentir coupable
Dans la pensée qu’on n’était pas aimable
Un père longtemps absent ne saura jamais
Combien, de son absence, vous souffrez


Lucia

21 réflexions sur “Un père absent

    • Lorsque le père vient à manquer pour » x » raisons, l’enfant se construit avec une image déficiente du père et manquera de repères. Certains enfants, comme vous le faites remarquer, grandiront plus vite pour assumer ce rôle du « père manquant ». D’autres, au contraire plus fragilisés psychologiquement auront du mal à trouver leur identité. L’absence d’un père est blessure.

      • même lorsque le père est présent ‘physiquement’, il peut être ‘absent’ et toxique par tout un tas d’attitudes et de paroles dévalorisantes……….et oui, ces enfants-là grandissent plus vite mais restent des ‘enfants perdus’ à vie…………l’écrire et surtout ‘être lu’ (ou entendu) est un moyen de résilience pour ne pas sombrer de ce manque
        je découvre ton univers avec plaisir, lucia alors merci d’être passée par le mien🙂

  1. Thank you for subscribing to my blog! Here you’ll find more than 4000 ‘full screen’ pictures from Norway and/or Norwegian nature and new pictures will be posted on a regular basis.
    Please enjoy!

  2. Touchant écrit, tes mots sont des marques qui gravent l’émotion, une absence qui reste a jamais dans le coeur…
    Merci Lucia, douce soirée et un agréable début de semaine.
    Bisous de coeur

    Liz

  3. Des sentiments touchants, une prise de conscience faite un bon jour peut-être, et surtout une souffrance… que Jésus traite par son Amour infini, le grand guérisseur. Mais ce temps n’est pas perdu. Il te sert à puiser dans ton expérience pour comprendre la souffrance des autres qui se sont sentis comme toi.

    • Ce texte m’a été inspiré par un de mes proches qui souffre de cette absence.
      Moi, j’ai plutôt manqué du regard de ma mère.
      Merci Dominique, tu as le don pour encourager, j’accueille et je crois ce que tu dis.
      Bisous

Fil de discussion

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s